Ma trombine

Photo - Mathias Délétroz

En bref

  • Né à Ayent
  • Vécu à Sion, Vancouver, Neuchâtel, Lausanne
  • Coup de ❤️: reportage, investigation, OSINT, datajournalisme
  • CV (🔗 LinkedIn)

Présentation

 « Début dans 30 secondes ! »… « Silence, micros ON ! ».
Bienvenu dans la matinale. Ce matin, nous recevons Mathias Délétroz, étudiant à l’AJM
📻🎙

Comment vous êtes-vous découvert une passion pour le journalisme  ?

Grâce à la radio ! Un an d’ondes avec une équipe géniale chez Fréquence Banane, une formation chez Culturadio et je rejoignais la volée 14 de l’AJM. Après une première année de master et des piges régulières pour RTN, j’aime d’autant plus ce métier.

Coup de cœur pour la radio, mais les autres médias?

Ils m’intéressent tous. Je suis touche-à-tout et très (trop?) curieux (c’est une des raisons pour lesquels je me plais dans le journalisme).

L’OSINT, le datajournalisme, la vidéo m’enthousiasment énormément. J’apprécie aussi beaucoup la presse écrite. Je suis un grand lecteur de presse, de littératures de l’imaginaire et j’ai un bachelor en géographie humaine, philosophie et ethnologie.

Et pourquoi vouloir exercer le métier de journaliste de nos jours ?

Pour comprendre et faire comprendre la diversité des réalités sociales et humaines, même les plus complexes. Pour le contact avec les gens. Et parce que face aux grands défis sociaux, politiques et environnementaux du XXIe siècle, les médias auront un rôle d’information et de contre-pouvoir essentiel. C’est un métier qui a beaucoup de sens à mes yeux.

🎙📻
Pour en apprendre plus, n’hésitez pas à contacter directement notre invité du matin !
On poursuit en musique, avec Charlie n’est pas mort, par Les P’tits Yeux
🎶 

 

Mes publications à l’AJM

Le leadership de demain pour des salles de rédaction non-toxiques
Le leadership de demain pour des salles de rédaction non-toxiques

Cynisme, burnout, inégalités peuvent gangréner les salles de rédaction et le moral de leurs journalistes. Pour rendre le métier plus empathique et moderne, quatre rédactrices en cheffe ont repensé le leadership à l’IJF22 de Perugia. Un focus top-down essentiel pour le bien-être des rédactions.

Apprendre des meilleurs projets de datajournalisme
Apprendre des meilleurs projets de datajournalisme

Quelles leçons tirer des centaines de projets soumis chaque année aux Sigma Awards ? Au Festival International de Journalisme de Perugia, les responsables de cette compétition de datajournalisme ont offert quelques clés de lectures pour comprendre l’évolution de cette pratique. Notre sélection.

Le fond Mimosa du bonheur résiste au Covid
Le fond Mimosa du bonheur résiste au Covid

La vente de Mimosa aide près de 1200 jeunes romands par an. Le Covid complique la donne. En Valais, le fond Mimosa de la Croix-rouge a tenu grâce à ses réserves. La Croix-Rouge Vaudoise hésite elle à changer de mode de financement.

Santé mentale des jeunes journalistes: où en sommes-nous ?
Santé mentale des jeunes journalistes: où en sommes-nous ?

Le stress, les heures supplémentaires ou encore la difficulté à se déconnecter peuvent atteindre la santé mentale des jeunes journalistes suisses. Comment en parler et agir aujourd’hui?

Le nombre de dictateurs en voyage à Genève a chuté durant la pandémie
Le nombre de dictateurs en voyage à Genève a chuté durant la pandémie

En résidence au bord du lac, en voyage d’affaires ou en mission diplomatique à l’ONU, les raisons des déplacements des hauts dignitaires de pays autoritaires à Genève sont aussi multiples que difficiles à expliquer. La pandémie a stoppé net leurs déplacements. Parmi les principaux concernés, les Émirats Arabes Unis ont disparu des radars durant plus d’un an. Tentatives d’explications.

“Misère rime souvent avec galère” : la soupe au caillou veut mettre fin à la pauvreté et sauver la planète
“Misère rime souvent avec galère” : la soupe au caillou veut mettre fin à la pauvreté et sauver la planète

L’Association de Défense des Chômeurs de Neuchâtel s’est mobilisée à l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère, dimanche 17 octobre. Au menu : une soupe au caillou, un concert et une table ronde. L’occasion de parler d’inégalités sociales, de décroissance et des différentes facettes de la pauvreté.

previous arrow
next arrow