Les trajets en avion de Gianni Infantino face à la stratégie climatique de la FIFA

dans Environnement/Multimédia/Volée 14 par

Dans le cadre de la COP26, Gianni Infantino a présenté la “Stratégie pour le climat” de la Fédération internationale de football amateur. Mais le président de l’organisation footballistique est-il exemplaire en matière de respect de l’environnement? Décryptage.

L’heure est aux grands projets : la Fédération internationale de football amateur (FIFA) a annoncé lancer sa “Stratégie pour le climat” lors de la COP26 de Glasgow le 3 novembre dernier. C’est à travers un message vidéo que Gianni Infantino a annoncé plusieurs objectifs climatiques majeurs que la FIFA s’est fixés :

  • former les travailleurs du football aux questions climatiques et à des solutions performantes sur le plan climatique ;
  • changer la règlementation et les activités du football pour le rendre plus résilient aux conséquences futures et actuelles du changement climatique ;
  • réduire les émissions carbones de la FIFA et du football afin de contribuer aux objectifs de l’Accord de Paris et de l’Accord-cadre pour le sport au service de l’action climatique ;
  • investir dans la protection du climat et soutenir les acteurs du football qui disposent du savoir-faire et des fonds pour lutter contre les conséquences du changement climatique.

Former, changer, réduire et investir, tels sont les quatre buts de la FIFA. Mais qu’en est-il de l’impact écologique de son président? Comme il n’a pas été possible de calculer l’empreinte carbone globale de Gianni Infantino, ce papier revient sur ses trajets en avion au cours de l’année 2021 et les analyse sous le prisme de cette stratégie climatique.

Plus de quatre fois le tour de la terre

Au cours de l’année 2021, Gianni Infantino s’est rendu dans quarante destinations, principalement afin de rencontrer des dirigeants politiques et/ou du milieu du football. Il a ainsi parcouru 168’145 kilomètres en avion, soit plus de quatre fois le tour de la terre.

La carte ci-dessous présente l’entièreté des pays visités par Gianni Infantino, ainsi que l’objet et la date de sa visite. Le lieu de départ de son jet privé est également indiqué.

Sur cette carte ci-dessus figure la majeur partie de ses voyages de l’année à quelques détails près. En l’absence de photos officielles, de communication de la FIFA ou d’information des médias, l’intégralité des trajets en avion réalisés par Gianni Infantino n’a pas pu être déterminée. Néanmoins, les trajets pris en compte et clairement identifiés ont produit environ 700 tonnes de gaz à effets de serre dans l’atmosphère.

Gianni Infantino voyage principalement avec les jets privés de la compagnie aérienne Qatar Executive, filiale charter de Qatar Airways, partenaire de la FIFA. Le tableau ci-dessous regroupe les différents modèles qui ont pu être repérés, leur immatriculation ainsi que leur consommation moyenne de kérosène.

Prenons maintenant, dans le tableau ci-après, deux exemples parmi les derniers déplacements du Président de la FIFA. Le premier déplacement consistait en une grande tournée de visite dans différents pays sud-américain (itinéraire bleu) pour laquelle il a optimisé ses trajets afin de la réaliser en à peine 6 jours. Gianni Infantino est parti le 14 octobre depuis Zurich pour se rendre dans les pays suivants : Colombie, Vénézuela, Equateur, Chili, Argentine et Brésil, avant de rentrer en Suisse le 20 octobre.

Penchons-nous sur le second voyage. Le 8 décembre dernier, Gianni Infantino était au Qatar en marge de la Coupe Arabe de la FIFA. Il a emprunté un jet pour rejoindre Zurich depuis Doha avant de faire le chemin inverse le lendemain (itinéraire rouge), un choix discutable compte tenu des principes mis en avant par la FIFA.

Dans sa vision à venir pour les années 2020-2023, Gianni Infantino souhaite que la FIFA s’engage pour protéger le climat et la biodiversité. Il affirme vouloir “préparer l’organisation [footballistique] à l’action climatique”. Il a également rappelé lors de son intervention vidéo à la COP26, qu’en 2016, l’organisation a été la première organisation sportive internationale à rejoindre le programme UN Sports for Climate Action Framework, “s’engageant par là même à quantifier, réduire et compenser les émissions de gaz à effet de serre générées par ses Coupes du Monde.”

Or, les déplacements liés au différentes visites de Gianni Infantino font-ils partie de ce paquet de mesures ? Si certains projets requièrent bel et bien sa présence physique aux quatre coins du monde, certains de ses trajets sont parfois discutables du point de vue écologique. Une question brûle les lèvres: dans les années à venir, le grand patron du football mondial suivra-t-il lui-même l’élan durable qu’il prétend insuffler à sa fédération ?

Ce travail journalistique a été réalisé pour le cours “Publication, édition et valorisation numérique”, dans le cadre du master en journalisme de l’Académie du journalisme et des médias (AJM) de l’Université de Neuchâtel.

Image : Keystone-ATS

Par Emmanuel Bessadet et Estelle Liechti

Derniers articles de Environnement

Retour en haut