Se lancer dans la course en pleine pandémie ?

dans Ecrit/Sport/Volée 14 par

MARATHON. 2’000 coureurs ont déjà participé à la formule virtuelle proposée par le Lausanne Marathon 2021. Les avis sur cette nouvelle édition divergent parmi les participants. Témoignages.

C’est le pari lancé par le Lausanne Marathon pour l’édition 2021. Le comité d’organisation a décidé de faire de la sécurité une priorité en planifiant une édition virtuelle, comportant moins de risques sur le plan sanitaire. Ainsi, les participants peuvent courir entre le 13 Octobre et le 3 Novembre. Les coureurs ont la possibilité de choisir leur propre parcours et d’inscrire leurs résultats sur le site officiel de l’événement.

Au moment de la rédaction de cet article, un peu moins de 2’000 coureurs ont participé à cette édition connectée. Si le bilan semble mitigé pour un événement qui a l’habitude d’accueillir 10’000 coureurs, Josette Bruchez, coorganisatrice de l’événement, s’en réjouit.

“Nous nous attendions à un peu moins de 1’000 participants, pour être tout à fait honnête. Nous ne pouvons que nous réjouir de voir que le marathon attire quand même du monde, alors que nous vivons une situation sanitaire d’exception.”

Les avis sur le marathon virtuel divergent parmi les participants et les coureurs des autres éditions. Si certains s’accordent sur la nécessité de recourir au digital pour assurer les gestes barrière en temps de pandémie, d’autres déplorent une logistique peu adaptée au marathon. L’absence de ravitaillement est particulièrement source de frustrations. D’autres regrettent la foule des éditions précédentes. Un autre son de cloche parmi les coureurs, certains se complaisent dans la solitude et la flexibilité de l’événement.

C’est notamment le cas de Lenny, qui n’a pas l’habitude de courir des longues distances et se lance dans son premier marathon. Il se déplace souvent à l’étranger pour son travail. La flexibilité de l’événement est un aspect très positif pour lui : “J’ai un emploi du temps chargé. Le fait que l’on puisse choisir le jour pour participer au marathon est un des plus grands avantages.” Accompagné par un de ses collègues, Lenny compte également sur sa famille : “Ma femme et mes deux enfants viendront me soutenir au milieu de la course. Ils s’occupent des bouteilles d’eau. Je me réjouis, ce sera un super événement !”

Pour Virginie, c’est l’aspect social qui prime dans son choix pour participer à un marathon : “Ce qui m’attire le plus dans les courses populaires, c’est l’énergie de la foule pendant le jour J.” Elle regrette que l’événement ne soit pas en présentiel : “Les participants se dispersent sur les trois semaines … on perd toute l’ambiance d’un vrai marathon.” Elle ne participera pas cette année, mais se réjouit d’un éventuel retour en présentiel pour 2022.

Par Francisco Carvalho da Costa

Crédits photo © Francisco Carvalho da Costa

Ce travail journalistique a été réalisé pour le cours “écritures informationnelles”, dans le cadre du master en journalisme de l’Académie du journalisme et des médias (AJM) de l’Université de Neuchâtel.

Derniers articles de Ecrit

Retour en haut