Quand la jurassienne Baby Volcano envoûte le LUFF

dans Culture/Multimédia/Volée 14 par

Le festival de film et musique underground lausannois présente plus de 70 artistes pour sa nouvelle édition, du 20 au 24 octobre. Parmi elles et eux, la chanteuse et performeuse jurassienne Baby Volcano incantera l’espace OFF du festival. Immersion de la scène aux coulisses.

Mercredi soir, 20h, espace off du Festival de film et musique lausannois (LUFF), devant le Casino de Montbenon. Le public est là depuis deux heures, décidément prêt à découvrir les expériences artistiques inscrites à l’affiche du festival. Baby Volcano s’échauffe, enfile sa tenue et son masque rouge, échange quelques mots avec ses musiciens. Regards complices, signe de la tête, premières nappes sonores.

→ A voir, un morceau extrait de la performance au LUFF :

SPM (UTÉRUS), morceau de Baby Volcano, extrait de son live au LUFF. © Raphaël Dubois

Pendant une trentaine de minute, le personnage de Lorena Stadelmann s’est approprié l’espace circulaire de la scène pour en faire son cocon performatif.

En effet, c’est dans un chapiteau relativement petit que le public est disposé en arc-de-cercle. La chanteuse est quasiment ceinturée de monde, renforçant la proximité. Rap assumé, chant enchanteur et gestes maîtrisés, c’est avec une attitude convaincue que Baby Volcano semble avoir conquis les aficionados du LUFF.

Pour moi, c’est important de saisir ce qui se passe sur le moment, avec le public.

Lorena Stadelmann, artiste

Une création multiforme

Quelques jours avant sa performance, dans son local de musique à Mervelier au Jura, Lorena Stadelmann, instigatrice de Baby Volcano, s’entraîne en prévision du LUFF. Elle a été invitée à y performer le jour d’ouverture du festival, le mercredi 20 octobre. Accompagnée de deux musiciens, Louis Riondel et Josué Salomon, elle y présentera son premier EP « Sìndrome Premenstrual », sorti le 24 septembre dernier. Il s’agit de l’unique artiste suisse qui ne vient pas du canton de Vaud à être l’affiche du OFF, la partie gratuite du festival. 

Venant du Jura, c’est là que Lorena Stadelmann, performeuse de profession, a initié Baby Volcano. Le projet musical – « mais pas que » – mélange trap et chanson, passant de la pop à l’électro. “On a décidé de nommer notre genre de la Witch Pop”, affirme Lorena. 

→ A voir, le clip FIN DEL MUNDO (PEAU) :

Pourquoi ? Au-delà de la musique, Baby Volcano incarne un personnage masqué, qui se démarque par son univers visuel – notamment sa tunique rouge – et son expression physique;  des gestes tantôt lents, tantôt agités. « J’ai cette envie de mélanger la performance avec les concerts live ». Pour Lorena, l’idée de base était de travailler avec son corps en réaction à la musique performée, comme une interprétation physique des sons. Elle souhaite incarner la dimension énigmatique, voire chamanique, de ce que son personnage dégage sur la scène.


Le LUFF en quelques mots

Né dès l’an 2000, le festival défend les arts “underground” et hors des circuits mainstream. A chaque édition, il présente des créations variées, entre musique, fictions, documentaires ou performances. Pour la première fois cette année, il ouvre un espace OFF gratuit dans lequel se produisent une quinzaine d’artistes.

Il se déroule du mercredi 20 octobre au dimanche 24 octobre, en majeure partie au Casino de Montbenon. Plus d’informations disponibles sur leur site internet

Mise en scène

Avant son concert au LUFF, elle répète méticuleusement la partie musicale. Du côté de la danse performée en côté, elle préfère garder une part d’improvisation : « Pour moi, c’est important de saisir ce qui se passe sur le moment, avec le public ».

Lorena considère qu’elle colle assez bien à l’aspect underground du festival, n’ayant jamais eu pour ambition de faire quelque chose de convenu, de mainstream. Selon elle, l’impulsion artistique de Baby Volcano se veut plus hybride qu’un groupe de musique standard : elle tient à jouer des codes du théâtre, à marier la danse et la musique live et marquer les spectateur·trices autant par sa musique que par son personnage. « Comme l’approche est très performative, je pense que c’est pour ça que j’entre bien dans le LUFF ».

Baby Volcano n’en a pas fini avec la scène. Elle continue de promouvoir son EP « Sìndrome Premenstrual » sur scène le 6 novembre au Bikini Test à La Chaux-de-Fonds, le 4 décembre au SAS à Delémont ou encore le 18 décembre à L’Abri, à Genève. Les informations complémentaires sont disponibles sur le site de son label.

Pour écouter l’EP :

Par Raphaël Dubois
Crédits images : Raphaël Dubois
Ce travail journalistique a été réalisé pour le cours “écritures informationnelles”, dans le cadre du master en journalisme de l’Académie du journalisme et des médias (AJM) de l’Université de Neuchâtel.

Derniers articles de Culture

Au bal masqué !

Annulée depuis deux ans en raison de la crise sanitaire, carnaval s'est
Retour en haut