Les collectes de don du sang ont dû réagir pour ne pas flancher

dans Multimédia/Santé/Volée 13 par

La pandémie de Covid-19 a mis à mal les réserves de sang des centres de transfusion sanguine suisses. Ces derniers ont dû mobiliser toutes leurs ressources pour éviter une pénurie. Immersion dans la collecte mobile d’Orbe.

Entre les bruits des machines et le va-et-vient incessant des infirmières ainsi que des samaritains, la buvette du Casino à Orbe ressemblait à une fourmilière mercredi après-midi. Cette agitation était due à la tenue d’une collecte mobile de don du sang organisée par le centre de transfusion sanguine vaudois.

Malgré la soixantaine de patients ayant pris rendez-vous, Eliane Thuillard, infirmière et responsable de la collecte, estime que “le bilan est bon, mais pas excellent”. Cette réaction s’explique par la situation difficile que vivent les centres de transfusion sanguine helvétiques.
À l’heure actuelle, les stocks de 4 groupes sanguins sur 8 peinent à être alimentés de manière régulière.

Chaque semaine, Transfusion CRS Suisse publie l’état des stocks de sang en Suisse tout en expliquant ce que ces derniers impliquent. (Capture d’écran : Consultée sur https://www.blutspende.ch/fr/don-de-sang le 19.10.2020)

Quels ont été les impacts du semi-confinement sur le don du sang ?

Comme beaucoup d’organisations en 2020, le don du sang a dû composer avec le coronavirus et plus particulièrement avec le semi-confinement imposé en Suisse durant trois mois.

Eliane Thuillard nous explique comment le don du sang s’est adapté durant la pandémie.

Une volonté d’agir

Dans ce contexte, les collectes mobiles prennent une importance significative pour maintenir les stocks de sang à niveau et les centres de transfusion sanguine suisses mettent toute en œuvre pour sensibiliser un maximum de donneurs.

Pour maintenir un niveau suffisant de dons, Eliane Thuillard et les centres de transfusion sanguine suisses misent sur une stratégie précise.

La responsable de collecte nous déclare également que plusieurs personnes viennent aussi donner leur sang parce qu’un membre de leur famille en a besoin.

La stratégie mise en place est donc claire : Se focaliser sur les donneurs réguliers.

Miser sur le bouche-à-oreille pour s’agrandir

Pour attirer les nouveaux donneurs, les centres de transfusion sanguine comptent sur les habitués. Ces derniers peuvent :

– Parler du don du sang dans leur entourage.
– Amener des proches ou de la famille dans les collectes.
– Aider à organiser des collectes mobiles dans leur entreprise.

Un rôle que Stéphane, donneur depuis 32 ans, prend très à cœur :

« Le don du sang, c’est donné quelque chose de soi pour la vie des autres. Par conséquent, j’en parle tout le temps autour de moi notamment dans mon entreprise et j’ai motivé mon fils, qui a eu 18 ans récemment, à venir donner avec moi ».

Une motivation partagée par l’ensemble des donneurs présents mercredi à Orbe. Ces derniers parlent tous d’acte citoyen au moment d’évoquer leur don.

Les centres de transfusion sanguine helvétiques ont ainsi décidé de miser  sur une base de donneurs réguliers  pour appréhender la deuxième vague de Covid-19 et les risques de pénurie qu’elle pourrait entraîner.

Malgré la situation sanitaire, les collectes mobiles de don du sang se poursuivent un peu partout en Suisse romande grâce à un protocole sanitaire strict comprenant une réservation obligatoire.

Crédit photo en une : Damien Piscopiello

Damien Piscopiello

Ce travail journalistique a été réalisé pour le cours “écritures informationnelles”, dans le cadre du master en journalisme de l’Académie du journalisme et des médias (AJM) de l’Université de Neuchâtel.

Derniers articles de Multimédia

Retour en haut