Présentation

Trois mots pour décrire Léandre Duggan.

  • Efficace : Adepte du multitâche, Léandre a toujours une longueur d’avance.
  • Observateur : Vous serez surpris, car malgré son silence, Léandre a toujours une oreille (ou un œil) qui traine pour dénicher la bonne info.
  • Présent : Jamais sur le devant de la scène, mais constamment un air malicieux aux lèvres, Léandre sait faire passer ses idées, toujours avec subtilité.

Né un 12 novembre 1991 à Lutry, Léandre pourrait composer des odes lyriques au Lavaux et la côte lémanique. Il s’y sent bien, pas besoin de le cacher. Entre 2013 et 2016, il part pourtant bien loin avec l’ONG Enfants du Monde et la Cie Zappar : Moyen-Orient, Burkina Faso, Haïti…

  • Derrière un appareil photo, il réussit à capturer les expressions des gens qu’il rencontre là-bas.
  • Derrière sa caméra, ses intervenants se sentent à l’aise de s’ouvrir.
  • Derrière son ordinateur, c’est lui qui se charge du montage.

On l’aura compris, Léandre se cache toujours «derrière quelque chose ». Mais ce n’est pas par timidité ni même par modestie. Non, c’est tout simplement parce qu’il aime transmettre, mettre en valeur ou trouver les failles. Léandre ne sera pas journaliste par ego.

Toute cette technique acquise outre-frontière, pas besoin pour Léandre de se cacher derrière son Bachelor en Science Po pour commencer à la Fondation Hirondelle comme civiliste. Création d’une base de données photos, réalisation de petits films, interview d’un nommé au prix Nobel 2015 (Père Mussie Zerai) : rien que ça.

Aujourd’hui, si vous croisez Léandre dans les couloirs de l’Académie du Journalisme de Neuchâtel, vous le verrez certainement les yeux rivés sur son smartphone. Pas pour « gossiper » inutilement ni pour « flirter ». Non, il sera certainement en train de suivre les « news » et de se tenir au courant. Parce que Léandre défend un journalisme d’une nouvelle ère qui n’oublie ni la parole démocratique ni la rigueur journalistique.

par Diana-Alice Ramsauer