Présentation

Pour comprendre Claire Pasquier, il faut remonter aux origines. Pas celles du monde, juste les siennes.

La Gruyère, c'est un de ces endroits où il fait bon vivre. Pas de brouillard en hiver, un lac, des montagnes, un système scolaire au top et des autochtones aimables. C'est donc logiquement que Claire se dirige vers le journal du même nom que la région pour faire ses premières armes dans le monde du journalisme.

Là, elle découvre les joies et les peines de stagiaire. D'abord cette certitude de faire ce qui lui plaît et puis très vite les doutes qui s'installent. Il paraît que ça fait partie du métier. Un jour, après deux ans de piges durant les week-ends et les vacances, son rédacteur-en-chef lui dit: «cette fois tu as eu le déclic.»

Le temps de souffler, elle se rend compte que les doutes sont toujours là mais la certitude d’être à la bonne place aussi. Commence alors son périple jusqu’à Neuchâtel. Claire se plaît « au bord du » et à l’AJM.

Curieuse et sociable, elle aime le journalisme pour ses rencontres. Interviewer des chefs d’entreprise lors d’un meeting de réseautage le matin et partir à l’alpage pour discuter avec un garde-génisse l’après-midi: les journées ne sont jamais les mêmes et chaque soir, on se couche avec des connaissances supplémentaires et de belles rencontres à la clé.

Après son master, Claire ne sait pas vraiment où elle sera. Peut-être en Gruyère, peut-être pas. Si elle se rêve en journaliste politique, les grands reportages la titillent aussi. A l’heure des coupes budgétaires et des mutations du métier, devrait-elle pencher vers plus de pragmatisme?

RSS Mes derniers articles

  • Estelle Mayer, une femme pressée 16 décembre 2016
    Estelle Mayer est une business woman acharnée. Portrait de cette hôtelière vaudoise à l'énergie débordante.
    cpasquier

Mes productions en stage

Aucun article visible pour l'instant.
Je serai en stage à La Liberté, du 17 juillet au 8 septembre et au Temps de février à avril 2018.