Fribourg: Davantage de femmes dans une patinoire, ça change quoi ?

dans Multimédia/Sport/Volée 15 par

Samedi 15 octobre, le match de Fribourg-Gottéron face au Lausanne Hockey Club (LHC) avait une saveur particulière. Avec “Les Elles du Dragon”, le club fribourgeois a encouragé les femmes à venir en nombre. Gottéron s’est offert une large victoire sur la glace. Et dans les gradins? Reportage au cœur de la BCF Arena.

Des chants de supporters, des éclats de voix, des sifflements, des applaudissements, quelques insultes et de la bière pour certains: les ingrédients qui composent un match de hockey étaient tous réunis samedi soir à la BCF Arena de Fribourg. Le derby qui opposait Fribourg au LHC a attiré les foules, puisque les 9’009 places de l’arène ont trouvé preneur.

“C’est une véritable réussite, les entreprises ont joué le jeu. Il y avait beaucoup plus de femmes que d’habitude dans les loges.”

Chantal Robin, directrice de la Chambre du commerce et de l’industrie du canton de Fribourg (CCIF)

Avec “Les Elles du Dragon”, le club a souhaité accueillir le plus de supportrices possible. A l’origine de cette idée, Chantal Robin, directrice de la Chambre du commerce et de l’industrie du canton de Fribourg (CCIF). Pour elle, la patinoire est un lieu idéal pour le réseautage. Elle a donc voulu en faire profiter d’autres femmes. A l’heure de tirer le bilan, Chantal Robin se dit ravie: “C’est une véritable réussite, les entreprises ont joué le jeu. Il y avait beaucoup plus de femmes que d’habitude dans les loges.”

“Sur le dos des supporters”

60% de femmes parmi les spectateurs: c’est l’estimation de Chantal Robin. Le club avait encouragé les 7’500 détenteurs d’un abonnement à le prêter à leur femme, leur sœur, leur mère ou toute autre connaissance féminine pour ce soir-là.

A l’étage des abonnements en place debout, tout le monde n’est pas du même avis que l’organisatrice. Nicolas Tissot a choisi de garder sa place pour lui. “C’est déjà tellement difficile d’acquérir un abonnement… Et je ne voulais surtout pas rater ce derby, souffle-t-il. L’idée de l’opération est bien, mais elle se fait sur le dos des supporters. J’ai de la peine avec ça”. Le jeune homme est accompagné de Marine Schmutz. “Un ami m’a prêté son abonnement, car il ne pouvait pas venir. Mais ça n’a rien à voir avec l’opération”, sourit-elle.

“Certaines femmes ne viennent pas au match, car le hockey ne les intéresse tout simplement pas.”

Eliane Jecker, maman de Benoit Jecker, joueur de Gottéron

Junior Sallin a quant à lui proposé son billet à sa petite sœur. “J’ai voulu jouer le jeu, mais elle a refusé. Ma maman aussi, elle n’avait personne pour l’accompagner”, explique le Belfagien. “Certaines femmes ne viennent pas au match, car le hockey ne les intéresse tout simplement pas, lance Eliane Jecker, maman du joueur fribourgeois Benoit Jecker. J’ai deux places. J’ai l’habitude que mon copain m’accompagne. Mais ce soir, j’ai décidé d’emmener une amie. C’est une question de bon sens, ça n’arrive qu’une seule fois dans l’année.”

En ce début de saison, les Fribourgeois ont connu quelques difficultés. Mais cette soirée-là, la rencontre s’est achevée sur une victoire de 5 à 2 pour les Dragons. Les supportrices d’un jour ont-elles porté chance à Gottéron? Personne n’a osé se prononcer.

Reportage vidéo au cœur de la BCF Arena.
Anaïs Rey

Crédit photo mise en avant : Anaïs Rey

Ce travail journalistique a été réalisé pour le cours “écritures informationnelles”, dans le cadre du master en journalisme de l’Académie du journalisme et des médias (AJM) de l’Université de Neuchâtel.

Derniers articles de Multimédia

Retour en haut