Les habitudes de la Génération Z bousculent les médias

dans Ecrit/Engagé/Perugia2019 par

Génération Z, Génération Minecraft, Millénials 2.0 ou encore génération C (communiquer, créer et collaborer). Tant de qualificatifs pour décrire les jeunes nés entre 1995 et 2010 et un constat : cette génération est la première à être entièrement numérique et mobile.

Hyper-connectée, la génération Z n’a pas connu le monde sans Internet. Comme l’explique Paul Moore, responsable de l’innovation pour le marché des médias chez Atos (entreprise française de services du numérique), ces jeunes ont grandi avec les médias sociaux. Ils se distinguent de la génération précédente car, pour eux, il est normal de créer, adapter et partager des contenus via ces différentes plateformes. Les technologies numériques sont pour eux un mode de vie à part entière. Accès à l’information, interaction avec son réseau d’amis, partages instantanés, tant d’actions réalisables en un clic.

Apprendre aux jeunes à s’informer

Le rapport que la génération Z entretient avec les médias s’est également transformé. La télévision et les journaux traditionnels sont des formats dépassés à ses yeux. Le sociologue des organisations, Daniel Olliver, affirme que cette génération n’attend plus que les informations lui soient livrées mais elle va les chercher directement quand elle en a besoin. Une étude réalisée en 2017 par le responsable des analyses de marchés de Twitter pour la zone Europe continentale, David Sourenian, montrait que 83% des 1000 utilisateurs interrogés – des Français âgés de 13 à 20 ans – se servaient de Twitter pour avoir accès aux dernières informations.

Cette génération se dit méfiante envers les réseaux sociaux et prête à vérifier les informations qui lui sont transmises. Il existe, cependant, une crainte que les jeunes n’arrivent pas à différencier les contenus trompeurs et la désinformation des nouvelles de qualité. Les acteurs du monde médiatique doivent se positionner pour que la génération Z adopte une bonne approche des médias et de l’information car elle représente les lecteurs et les journalistes de demain.

Face à ce constat, les orateurs de la conférence “Let’s save our children from misinformation and misleading content” tenteront, samedi à Perugia, de mettre en évidence des idées pour que les producteurs et distributeurs de contenus médiatiques puissent adapter les informations aux attitudes, habitudes et approches de la nouvelle génération. Il convient de remodeler les médias pour créer des citoyens bien informés.

Crédits photo: Wikimedia Commons

Derniers articles de Ecrit

Retour en haut