Humour & sentiments

dans Masterclass par

Sophie Reinmann se lance dans la grande première de son spectacle «3,84 tonnes de rencards». Après avoir fait rire les plus jeunes, elle s’est mise au défi de divertir les adultes neuchâtelois. Reportage dans le cadre de notre Masterclass internationale: Immersion 24h dans Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds

Le salon du Bleu Café est comble à l’approche du début du spectacle. Et malgré toutes ces personnes, une ambiance intimiste s’est installée dans la salle. Aucune photo ou vidéo ne pourrait restaurer ce sentiment d’être avec des amis même quand on est seul. Quand les lumières s’éteignent, le public se tait, impatient de découvrir ce qui se cache derrière le titre du spectacle: «3,84 tonnes de rencards». Sophie Reinmann ne tarde pas à l’expliquer. Elle entre sur scène dans sa plus belle robe de mariée, une tenue faite de préservatifs déballés. Métaphore un peu cocasse pour exprimer toutes les rencontres amoureuses qui l’ont marquées ces dernières années. Impossible de toutes les expliquer en seulement une heure de spectacle. C’est au hasard de décider quelles histoires vont être racontées. Une roue de la fortune où sont inscrits 18 noms d’hommes se trouve sur scène. Cinq relations, développées par la suite dans un court sketch, seront tirées au sort par le public ou par Sophie tout au long de la soirée.

Entre rire et poésie
Même si le spectacle peut sembler d’abord humoristique, Sophie Reinmann profite de son passage sur scène pour faire part de ses réflexions autour de ses rendez-vous avec la gente masculine. Tout en poésie, elle nous confie son envie d’en oublier certains mais aussi son sentiment que ces histoires l’ont fait devenir la femme qu’elle est aujourd’hui. Dans la salle, on frissonne par moment et les souvenirs des relations passées nous reviennent en tête. Dans le public, une dame expliquera plus tard s’être beaucoup retrouvée dans ce spectacle. Mais ces histoires de coeur, vécues et racontées par une femme, ne sont pas réservée qu’à la gent féminine. «Les hommes aussi vivent des histoires difficiles» raconte la spectatrice sur le ton de la confession. La fin du spectacle arrive rapidement. C’est fou comme une heure peut passer vite quand on s’amuse. Le public, ravi, rappelle deux fois l’artiste qui nous livre alors quelques anecdotes supplémentaires

Un public comblé
Les lumières de la salle se rallument et dans le public, chacun y va de son petit commentaire: «Magnifique». «Créatif». «Original». L’association de l’humour et de la poésie ont enchanté les spectateurs du premier rang. Malheureusement, dans le fond de la salle, certaines personnes n’ont pas autant profité du spectacle. «Elle a une toute petite voix », explique une dame en parlant de Sophie Reinmann, «elle aurait dû avoir un micro». L’ambiance n’aurait pas été si intimiste mais à 15 francs la place, tout le monde a mérité d’entendre les frasques de l’humoriste.
Les bons comme les mauvais commentaires, Sophie est prête à les écouter. Elle n’a pas trop à s’en faire. Dans la salle, beaucoup sont déjà acquis à sa cause. Habitant la ville depuis de nombreuses années, elle connaît pas mal de Neuchâtelois. Mais Sophie ne compte pas rester dans l’intimité dans la ville de Neuchâtel. Elle projette déjà de raconter ses histoires de coeur dans d’autres villes suisses où, qui sait, elle pourrait faire de nouvelles rencontres.

Lorène Mesot, Léa Ménard, Léo Schaller, Kathy De Schryver

 

L’ENCADRÉ RÉFLEXIF:
Pas de photos, ni de vidéos, pas d’interviews… Les restrictions données par l’artiste sont nombreuses et nous contraignent dans les possibilités d’écriture de l’article. Il ne nous reste que les mots pour faire ressentir l’ambiance dans la salle du bleu café. Nous devons en plus faire attention à ne pas trop décrire le spectacle. Sophie Reinmann veut conserver une part de mystère pour ceux qui n’étaient pas là jeudi soir et qui viendront la voir lors de la prochaine représentation.