12 conseils pour réinventer le journalisme

dans Perugia2018/Réinventer/Volée 10 par

Nous sommes partis à la recherche de journalistes venus des quatre coins de la planète pour qu’ils partagent leur vision de la profession. Du Pakistan à l’Uruguay, ces passionnés livrent leurs conseils aux futurs journalistes.

 

 

ALESSANDRO VENTO – Italie

« La première chose, c’est d’être ouvert au marché international du journalisme. Beaucoup de journalistes se concentrent uniquement sur leur pays. Aujourd’hui, le journaliste doit se tourner vers le monde. Il faut faire des choses qui parlent à tous, c’est vraiment très important. »

 

 

 

NTIBINYANE NTIBINYANE – Botswana

« Le journalisme est une profession qui change, chaque jour, chaque heure, chaque minute. Le meilleur conseil que je puisse donner aux futurs journalistes, c’est de suivre ces changements. Je pense que dans le futur, les médias institutionnels et conventionnels n’existeront plus, il faut donc aller de l’avant, et se concentrer sur les médias digitaux. Notamment en utilisant le storytelling et les différentes plateformes existantes. »

 

 

ALISSON GOW – Grande-Bretagne

« Prenez tous les stages que vous pouvez, allez à ce type de festivals, faites-vous des contacts, parlez aux gens, essayez de les connaître. Distribuez vos CV! Deux étudiants italiens ont fait un stage chez moi car je les ai rencontrés ici, à Perugia, l’année dernière. Soyez également plus visibles dans les espaces que vous couvrez, passez plus de temps avec les gens que vous interrogez, car la technologie c’est merveilleux, mais elle reste un outil. »

 

 

 

 

LAURA DOIENG – Allemagne

« Rencontrer des journalistes du monde entier et tester les nouvelles technologies. À la Deutsche Welle, nous avons un newslab. Ce n’est pas notre seul lieu d’innovation, mais nous y développons de nombreux projets, des chatbox, etc. »

 

 

 

DOLF ROGMANS – Pays-Bas

«  J’ai été à une conférence sur la manière dont Facebook peut nous aider, et ce dont je suis convaincu, c’est que cela ne nous aide pas, mais nous détruit. J’ai un message pour vos collègues jeunes journalistes : ne vous engagez pas trop sur Facebook et toutes ces plateformes, mais essayez de trouver un public par vos propres moyens, et ne contactez pas votre audience par Facebook ou Google.»

 

 

DAMIÀN OSTA – Uruguay

« Je pense que le futur du journalisme est de créer une communauté forte qui supporte le métier. Nous avons une ligne éditoriale classique mais nous innovons sur notre plateforme, et les deux modèles sont viables. Je pense que le journalisme ne doit pas suivre les tendances, mais publier des informations puissantes. Les gens n’aiment pas les informations banales. »

 

 

 

Muhammad Ilyas Qadri – Pakistan

« Les futurs journalistes doivent apprendre encore et encore de l’Université, tout en pratiquant toujours plus le journalisme durant leurs études. Le terrain est la meilleure école qui soit.  »

 

 

 

 

SOPHIE – Irak (Besoin d’anonymat)

« Mon conseil est de rester curieux et ne jamais se reposer sur ses lauriers. Chercher les choses là où on ne les cherche pas habituellement. Rester à la page concernant les technologies modernes, et essayer de trouver des populations qui ne sont pas forcément sur les réseaux sociaux. Aller sur le terrain. Nous travaillons dans une région qui est pas mal délaissée par la recherche, par les données… On ne peut pas se reposer sur ce qui existe pour l’Europe et le reste du monde. Pièce par pièce, on regarde ce qui marche ou pas, on teste, et on essaie d’introduire des innovations par rapport au contenu. »

 

 

OLAF ROSENBERG – France

« Il faut regarder ce que font tous les acteurs internationaux qui sont ici à Perugia, par exemple. On peut apprendre beaucoup de choses sur ce qu’il se passera dans le futur. Nous sommes vraiment dans une époque où tout est en train de changer, et ce n’est pas qu’une question de numérique ou pas numérique. C’est une question de business model.  »

 

 

 

JOEL KONOPO – Botswana

« Le numérique est clairement le futur du journalisme. Il faut développer des compétences digitales, décliner différemment les histoires. L’audience a changé, le public est de plus en plus jeune. Il faut donc s’adapter et le suivre. »

 

 

 

FRANCESCO BOMADUCE – Italie (à gauche)

« Comme journalistes, nous devons travailler dur, penser différemment, essayer de créer quelque chose tous ensemble. Il faut pouvoir s’adapter à internet, aux nouvelles technologies : vidéos, podcasts, etc. »

MICHELE BONUCCI – Italie (à droite)

« Il faut repenser les médias traditionnels. Penser comme les médias sociaux tels Facebook ou Instagram… L’idéal serait de pouvoir faire du journalisme de temps long qui ne soit pas totalement différent des breaking news. »


Derniers articles de Perugia2018

Perugia l’estudiantine

L’un fait sonner sa guitare, l’autre son charango. Entre deux conférences, notre
Retour en haut