François Fillon, le courage de la post-vérité

dans Multimédia/Société/Volée 9 par

Après la déclaration de Kellyanne Conway, la formule « alternative facts » a tourné en rond sur la toile. L’expression s’est aussi popularisée en France, comme  « vérité alternative » ou « post-vérité ». Le concept reste étroitement lié aux politiciens: François Fillon ne fait pas exception.

Le mot « post-vérité » n’a fait son apparition que tout récemment. Le 6 février, le site d’information Mediapart relie cette apparition à François Fillon, candidat républicain à la présidentielle française.

La post-vérité en quelques points

  • Tord le concept de vérité
  • Utilisée principalement par les politiciens
  • Appelle à la vigilance de la part des médias
  • Dans l’air du temps depuis l’élection de Trump
  • Un défi pour les journalistes

Un concept qui intrigue les internautes

Le moteur Google Trends montre quant à lui que cette expression a été cherchée par les internautes français bien avant les scandales autour du Républicain. Cependant, l’intérêt que ce concept suscite varie beaucoup dans le temps.

Le graphique ci-dessus montre l’évolution de la recherche du terme « post-vérité » dans les douze mois précédents.
Ce graphique-là montre également l’évolution de la recherche de « post-vérité », mais des 90 jours précédents.


Les pics marqués par le nombre de recherches effectuées sur ce thème peuvent être reliés à différents facteurs. Certains médias comme Libération ont peu à peu mis en lumière différents scandales. De nombreuses révélations ont ponctué l’élection présidentielle française, mais ce sont bien les affaires de Fillon qui ont le plus fait couler d’encre.


Au fur et à mesure que les scandales s’enchaînent, le candidat cherche à se défendre des accusations, parfois par des moyens discutables. “C’est un assassinat politique” assène-t-il durant son discours du 1er mars, date à laquelle il annonce avoir été mis en examen. Le candidat LR utilise des mots forts à cette occasion. Il en appelle aux émotions des Français, et à leur capacité d’empathie.

Je vous le dis avec gravité, ne vous laissez pas abuser. Ne laissez personne vous priver de votre choix.Parce que votre voix seule doit décider de notre avenir commun, et parce que ma volonté de servir est plus grande que les accusations qui sont portées contre moi, je vous demande de résister.

François Fillon


En faisant emprise sur les émotions et dénonçant l’acharnement médiatique dont il se dit être victime, Fillon s’approprie des stratégies qui rappellent beaucoup celles de Donald Trump. La francisation de l’expression iconique du Président américain ne tarde donc pas à apparaître pour parler de Fillon.

Outre les articles, on la retrouve sur les réseaux sociaux. Les internautes s’emparent donc des expressions “vérité alternative” ou “post-vérité” pour définir les subterfuges discursifs utilisés par Fillon lors de ses interventions publiques. Les hashtags accusateurs pleuvent sur Twitter.

Sur Twitter, les utilisateurs ont associé les hashtags #postvérité et #Fillon

 

Si Fillon a été l’élément déclencheur, maintenant la post vérité semble être devenue une vraie et propre arme politique, une stratégie pleinement assumée et très débattue sur internet. Les résultats affichés par les moteurs de recherche en tapant “post-vérité” sont nombreux.

 

 

Le terme est maintenant relié à plusieurs autres entités et le débat s’est un peu éloigné de François Fillon. Le mot «mensonge» est devenu une étiquette trop générique: aujourd’hui on lui préfère la vérité alternative. Une chose reste sûre: la «post-vérité», c’est surtout une affaire de politiciens.

 

Rebecca Garcia, Alexia Nichele, Céline Stegmüller

Derniers articles de Multimédia

Retour en haut