Bercée au pays du caribou

dans Salon du livre 2017/Son/Volée 9 par

Joséphine Bacon est une messagère de la nation innu. A travers ses poèmes, elle fait perdurer la langue et la culture de ce peuple indigène canadien qui s’éteint peu à peu.

La question de l’identité est au coeur des préoccupations des peuples autochtones. De l’extérieur, difficile de comprendre ce qui les différencie les uns des autres. D’ailleurs la langue innu appartient-elle aux Inuits?

Tous les récits de la poétesse se déclinent dans les deux langues. Elles se font face sur chaque double page. Joséphine Bacon explique pourquoi c’est pour elle une nécessité.

De ses petites mains, Joséphine Bacon choisit une poésie dans son ouvrage Un thé dans la toundra. De sa voix douce et mélodique, elle le raconte dans les deux langues qui se partagent ses pensées. D’une part, le français teinté des vibrations québécoises, de l’autre, l’idiome de ses ancêtres :  l’innu.

Poésie en français

Poésie en innu

 

Par Vincent Ulrich et Carole Thévenaz

Derniers articles de Salon du livre 2017

La Gazette du Salon

A (re)lire les cinq gazettes du Salon du livre 2017, réalisées par
Photo du stand végan au Salon du livre de Genève.

Viens goûter un cookie végan

Découverte-dégustation façon Snapchat des cookies 100% végans d'Andonia Dimitrijevic propose une déclinaison

Sa mère partie

La maman de Hanane Charrihi se trouvait sur la Promenade des Anglais
Retour en haut